Newsletter

LE NORD – LE TONKIN

Cette région, jadis appelée Tonkin qui bénéficie d'un climat tempéré avec quatre saisons bien marquées, est le berceau de la civilisation viet.
De part et d'autre de la faille creusée d'Ouest en Est par le Fleuve Rouge, deux ensembles montagneux enserrent au Nord et à l'Ouest son Delta. Sur les hauteurs sont venues s'abriter au cours des siècles des vagues successives de peuples et de tribus aux origines diverses, fuyant généralement la Chine, ses famines et ses persécutions. Au centre du Delta, on trouve Hanoi, la capitale du Vietnam.
Les seuls reliefs sont les digues et les bosquets d'arbres domestiques qui dissimulent les villages, souvent sous le niveau du Fleuve. Les dessins des rizières et le réseau des canaux semblent identiques sous tous les angles au point qu'il est difficile de retrouver son chemin dans une plaine où tous les horizons se confondent.


HANOI


     
 
Lovée sous le niveau du Fleuve Rouge, elle est en état de siège six mois de l'année contre ses crues.
Son nom, Hanoi, apparaît pour la première fois en 1812 et signifie "ville en deçà du fleuve".

Il y a près de dix siècles, le roi Ly Thai To vit un dragon s'élever au dessus du Fleuve. Le songe était révélateur. L'emplacement de la capitale était décidé, ainsi que son nom Thang Long ( le Dragon qui prend son essor) La consultation des astrologues et géomanciens donna un urbanisme dont on peut encore voir les traces.
Qu'elles soient royales, commerçantes ou intellectuelles, les activités y ont chacune leur quartier.
La ville royale était divisée en 6 secteurs consacrés à des activités propres en fonction des critères géomanciens :
Le secteur Nord était consacré à la vie privée du roi, à ses loisirs, à la communication avec la nature, dans son palais d'été sur le Lac de l'Ouest (nommé ainsi en référence à celui de la ville impériale chinoise de Hangzou) qui se trouvait sur l'emplacement de l'actuel Hôtel Thang Loi.
C'était aussi le domaine de la religion, notamment avec la pagode Tam Quoc, installée sur une presqu'île du Lac de l'Ouest, vraisemblablement en protection de la cité royale contre les dangers venant du Nord.
Le temple Quan Thanh ou Tran Vu, du nom du Génie du Nord qui terrassa le Renard à neuf queues qui hantait les environs. On peut y voir sa statue en bronze. Il est entré dans le panthéon vietnamien en tant que dieu de la guerre.
Le lac Truch Bach ou lac de la Soie Blanche, ainsi nommé en souvenir des jeunes filles condamnées à tisser la soie dans un palais qui le bordait. Il est séparé du Lac de l'Ouest par une digue qui supporte la rue Thanh Nien.

Au Centre, le trône, l'activité politique, consacré à la vie publique du roi.

La partie centrale de la ville royale, où était établie la citadelle était le lieu du pouvoir et de l'autorité.

On y trouve également des temples dynastiques et ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le Mausolée d'Ho Chi Minh fut érigé ici.

La Pagode au Pilier Unique y fut construite par le premier roi de la dynastie des Ly. Celui-ci désespérant d'avoir un enfant en eut l'apparition offerte par Quan An ( Boddhisatva de Bouddha) dans une fleur de lotus. A la suite de cette révélation il épousa une paysanne qui lui donna un enfant. Pour remercier Quan An, il lui fit édifier ce pagodon en forme de fleur de lotus.

La citadelle sera transformée en forteresse à la Vauban, comme ce fut d'ailleurs le cas pour bien d'autres places fortes, par des architectes Français, de l'entourage du Cardinal d'Adran qui avait assisté Gia Long dans sa conquête du trône à la fin du 18ème siècle.

Le Sud était consacré au thème masculin et savant, le Temple de la Littérature des mandarins civils et des lettrés (première catégorie sociale) est à considérer tant comme lieu de culte à Confucius, élevé au rang de génie tutélaire du savoir que comme grande école destinée à former les fonctionnaires ou mandarins, recrutés sur concours.

Il fut construit en 1070 sous Ly Than Tong. Il était à l'origine destiné à dispenser l'enseignement aux princes. Elargissant par la suite son recrutement, il accueillait trois cents élèves. Chaque province disposait d'un établissement semblable quoique de dimensions et d'importance moindres. Les lauréats des provinces étaient ensuite admis à celui de Hanoi, pour parvenir au plus haut grade de mandarin. Cette institution passe pour avoir influencé la France de la fin du XIXème siècle pour sa création de l'Ecole Nationale d'Administration.

A l'Ouest , se trouvait le domaine des paysans (2ème catégorie sociale). Echanges avec la Nature, productions de la terre.

L'Est, quant à lui était le secteur des échanges entre les hommes avec son quartier des artisans (troisième catégorie sociale) et commerçants (quatrième catégorie sociale). C'est le Quartier des Trente-six guildes. Depuis le XVème siècle, dans ce quartier, des artisans et des commerçants sont venus s'installer, amenant avec eux le génie tutélaire de leur village ou de leur profession lui érigeant un temple au sein de chacun des Pho regroupant chaque métier.
Ces Pho sont devenus des rues qui portent le nom du corps de métier qui s'y est installé ou de la matière vendue ou travaillée.

Ce quartier borde le lac de l'Epée Restituée devenu le centre ville depuis l'époque française.
Le nom du lac évoque une légende datant du XVème siècle, période pendant laquelle le pays était sous administration chinoise. Un pêcheur y relevant dans ses filets une épée, vit dans ce phénomène l'injonction céleste de soulever son peuple contre l'occupant Mongol. Il parvint à refouler l'occupant et après la victoire, devint le roi Le Loi, le premier de la dynastie des Le postérieurs. Lors d'une cérémonie sur le lac en souvenir de sa révélation, une tortue sortit de l'eau pour reprendre l'épée et l'emmener dans les eaux.

Les grandes allées ombragées et le déplacement du centre ville autour du Lac de l'Epée Restituée datent de la période coloniale.

Entre l'Est et le Sud, sur le côté du lac de l'Epée Restituée, près de la Cathédrale et de la pagode des ambassadeurs étaient cantonnés les étrangers. C'est là que s'établira le quartier Français.

Quant à l'extrême Sud, c'est L'inconnu, la maladie, la Mort qui y prédominent. Les temples y sont consacrés aux héros morts et vaincus (telles les deux soeurs Trung), léproseries, sépultures.


LE CENTRE- ANNAM
 
     
 

Appelé Annam ou Sud Pacifié par les Chinois, le Centre est une succession de plaines côtières depuis la Porte d'Annam jusqu'au Sud de Nha Trang, caractérisé par ses étendues de plages propices à la plongée sous-marine. On y trouve les plus beaux sites historiques du Vietnam. A partir du début du XIXème siècle, la capitale du royaume s'établit à Hué, à la suite de l'émergence d'une nouvelle dynastie et afin de mieux soumettre un pays tout en longueur.
Dans la partie ouest, les Hauts Plateaux de la Cordillère Annamitique, séparés par des massifs volcaniques, se succèdent du Nord au Sud. Dans les forêts, domaines du tigre et de l'éléphant, des populations semblent émerger du Néolithique. On y pratique une agriculture de montagne (thé, fraises...).


HUE
 
Les Chinois l'occupaient déjà après la soumission du Tonkin sous les T'sin en 214 av JC.

Elle devint une cité cham au 7ème siècle sous le nom de Kandarpapura.

Dans leur progression vers le Sud, les colons soldats viets, grignotant le Champa, en firent le fief des Nguyen, ancêtres de la dernière dynastie.

A la fin du 18ème siècle, après 27 années de lutte entre Nguyen Hué (le roi Quang Trung) et Nguyen Anh (le futur roi Gia Long), ce dernier, aidé par son précepteur français, Monseigneur Pigneau de Béhaine, réussit à recouvrer son fief, rétablir l'unité nationale et fonda la dernière dynastie régnante du pays (son dernier représentant fut l'empereur, Bao Dai, détrôné en 1946).

La citadelle sera transformée en forteresse à la Vauban, comme ce fut d'ailleurs le cas pour bien d'autres places fortes, par des architectes Français, de l'entourage du Cardinal d'Adran (Monseigneur Pigneau de Béhaine)


La Cité capitale

Sur la rive gauche, elle s'étend à l'Est de la Citadelle. C'était le domaine de la hiérarchie mandarinale la plus simple. Censorat (Do Sat Vien) surveillance de l'administration et critique des actes royaux peu conformes. Conseil des Sages (Tap Hian Vien) fondé sur les écrits de Confucius et de Mencius. Académie impériale (Han Lam Vien) chargée de rédiger les actes administratifs.

Collège des fils de l'Etat (Quôc Tu Giam). Là encore, certains lui trouvent beaucoup de similitudes avec notre Ecole Nationale d'Administration.


Cité Impériale ou citadelle

C'était l'ensemble des bâtiments de la famille impériale construits dans l'enceinte fortifiée, dans laquelle on puisait celui qui, pourvu du mandat céleste (Thien Mang) assumerait la dignité impériale.


Cité Pourpre

Ou Cité Interdite. Réservée à la vie privée du roi.

Pagode TINH MU ou de La Vieille Dame Céleste
Sanctuaire bouddhique élevé en 1661 par Nguyen Hoang, seigneur de Cochinchine. Stupa de la source de félicité : Phuc Duyen Thap (1844) - Forme octogonale classique des tours à ossements blanchis (Po Kou Ta en chinois Hauteur 21 mètres 7 étages), chacun étant dédié à un manushibuddha.


Les tombeaux

Les rois de la dernière dynastie ont fait ériger leur mausolée à la manière d'un palais, certains, comme Tu Duc, y ont même vécu.



DANANG
 
Au pied du Col des Nuages, c'est l'ancienne Tourane des Français. L'intérêt touristique principal de cette capitale économique réside dans le Musée Parmentier consacré à l'art Cham.


Créée par les Français au 19ème siècle sur l'embouchure de la Han, en remplacement de Fai Foo

( Hoi An) dont le port était ensablé. Hoi An est aujourd'hui la quatrième ville du pays et un important centre industriel et portuaire.


Entre Lang Co et Da Nang, le Col des nuages, s'avançant en cap dans la Mer de Chine est une barrière géographique et climatique.


HOI AN

Port Cham, puis comptoir étranger où Chinois, Japonais, Portugais, Hollandais et Français étaient cantonnés. Les habitants d'origine chinoise sont les descendants des marchands et compradores que les étrangers utilisaient comme intermédiaires pour leur approvisionnement dans l'arrière pays qui leur était interdit.


Un style architectural composite unique, une ambiance très particulière et une cuisine aux fortes consonances chinoises et japonaises.


La ville a conservé son ambiance et son esthétique du dix neuvième siècle. Outre le pont japonais et les nombreuses maisons restaurées (la ville est classée au patrimoine mondial par l'UNESCO), le quai du port ensablé et loin de la mer, confère à cette cité aujourd'hui retirée dans le Delta des trois rivières une ambiance commerçante, paysanne et maritime.


Les promenades dans le delta sont tout aussi intéressantes qu'en ville, pour la vie quotidienne et l'artisanat (vannerie, terre cuite, bronze).


A moins de deux heures de route, les ruines de My Son témoignent de l'importance de la civilisation cham. Cette capitale religieuse du Champa est un haut lieu du tourisme culturel au Viet Nam à ne pas manquer.

 
NHA TRANG
 
Ancien village du Fief Cham de Kauthara sous la protection de la déesse Po Nagar, elle est devenue une station balnéaire réputée, notamment pour la beauté de ses côtes rocheuses et les récifs de coraux de ses fonds marins.

La Baie de Nha Trang vient d'ailleurs récemment d'être classée parmi les plus belles baies du Monde.

L'Institut océanographique fondé par les Français dispose d'une très vieille collection impressionnante d'animaux marins, reflet de la faune locale.
 
C'est ici que le Docteur Yersin, qui introduisit l'hévéa en Indochine et découvrit le site de Dalat dans les Hauts Plateaux, fonda le premier Institut Pasteur du Vietnam.



LE SUD - COCHINCHINE

   
 
HO CHI MINH VILLE (l’ancienne Saigon)

Le grand Sud au climat subéquatorial, ou Cochinchine, est connu comme étant le poumon économique du Vietnam. La Cordillère vient y mourir en bord de mer, les plateaux descendent vers Saigon que l'on peut considérer comme la porte du Delta du Mékong.
Cette région est convoitée depuis longtemps pour la richesse dispensée par l'un des plus grands fleuves du globe.

C'est la capitale économique du Vietnam, entourée de zones économiques spéciales où fleurissent les usines transformant toutes sortes de fabrications délocalisées, comme la confection, l'électronique ou le mobilier.

L'histoire est récente puisque la ville est en fait une création des Français à partir de quelques villages de colons Viets arrivés dans le secteur dans le 18ème siècle. On peut retrouver les traces des villages qui ont précédé Saigon, ville nouvelle de la fin du XIXème siècle. Au XVIIIème siècle, comme le Delta du Mékong, la zone faisait encore partie intégrante du Royaume du Cambodge.

Certaines tombes khmères dans le quartier Lac Long Quan sont les traces de l'ancien village de Prei Nokor, à proximité de la Pagode Giac Lam, la plus ancienne de Saigon (XVIIème siècle).

Cho Lon (ou le Grand Marché) est l'ancien village chinois qui fournit aux coloniaux français les compradores, leurs intermédiaires. C'était le débouché des marchandises du Delta du Mékong que l'on peut considérer commencer aux portes Sud et Ouest de Saigon.

Cho Lon était le plus actif et le plus riche des secteurs de la ville ( excepté le Quartier français). On peut aujourd'hui y constater la même activité fébrile ainsi qu'un mode de vie qui diffère quelque peu du reste de la ville. En effet, les populations chinoises, originaires de Canton et du Fu Jiang , ont conservé leurs coutumes ainsi que leurs cultes et une visite au grand marché de Binh Tay, à celui des plantes médicinales ou encore à la pagode taoiste Tien Hau sont d'un grand intérêt.


Le Nord Est de la Ville, secteur du temple de Le Van Duyet était Gia Dinh, le village d'origine des colons soldats Viets.

Ce qui est aujourd'hui le 1er arrondissement englobe l'ancien Quartier français.
Certaines villas et bâtiments publics ( douanes centrales, théâtre, Lycée Marie Curie) résistent au modernisme souvent désastreux et sans âme. L'hôtel de ville qui héberge le Comité Populaire avec son style pompier rappelle une mairie de préfecture de province française. Gustave Eiffel , qui réalisa également à Saigon le Pont Mong sur l'arroyo chinois, expérimenta de nombreux procédés dans les colonies, et la Poste Centrale est sans conteste sa plus belle réalisation en Indochine.

Jadis "Perle de l'Asie", la ville voit à présent s'y croiser des hommes d'affaire du monde entier.

Sur la route du Cambodge, La secte Cao Dai a son Saint Siège à Tay Ninh. Et l'on peut assister à l'office ésotérique de midi dans le décor de dragons kitch de sa cathédrale. Sur cette même route, plus près de Saigon les tunnels de Cu Chi l'ingéniosité des combattants Viet Cong face aux moyens techniques de l'armée américaine.

Source : decouvrirlevietnam.com