Newsletter

Le peuple vietnamien, culture et traditions.
Religions et philosophies
Dans toute maison vietnamienne vous pourrez voir un autel supportant la photo d'un ancien entourée de bâtonnets d'encens et d'aliments offerts. C'est l'ancêtre de la famille auquel le fils aîné se doit d'assurer le culte.
Cette coutume du culte des ancêtres est le trait dominant de la religiosité des Vietnamiens.
Ils ont étendu cette pratique aux héros et aux personnages protecteurs ou providentiels à titre collectif dans les "Dinh" et les "Den" communaux ou encore les lettres et le savoir dans les "Van Mieu" ou temples de la Littérature. Ils honorent Bouddha ou Quan An dans les Pagodes du rite Mahayana).

L
es communautés d'origine chinoise pratiquent le Taoisme.

La société est toujours gérée selon un schéma confucéen hérité des dix siècles d'occupation chinoise.
L'extrême de cette religiosité est atteint dans le culte Cao Dai, sorte de religion kalëidoscopique rassemblant à peu près à tous les personnages mythologiques des grandes religions et philosophies de l'Orient et de l'Occident, dans un décor multicolore à la Disney.
 
Les cultes et religions du Vietnam
 
Le Vietnam est un pays religieux. Le héros de la nation, en tant que génie tutélaire est honoré dans le Den. L'ancien qui dans des temps historiques importa une technique artisanale et donc la prospérité aux artisans du village, a son autel dans le Dinh. Chaque maison est pourvue d'un autel domestique voué au culte des ancêtres familiaux. Confucius pour le savoir, base de l'ordre social et politique, a ses temples, les Van Mieu ou Van Chi. La Chua ou pagode est consacrée à Bouddha et surtout son boddhisatva Quan An.
 
 
Un ciment unit les Kinhs du Nord au Sud, le Culte des Ancêtres qui est plus une "way of life" qu'une religion. C'est de loin la pratique culturelle la plus importante. Il est un souci de tous les jours dans la maison essentiellement pour le chef de famille, père ou fils aîné. Il consiste à satisfaire les besoins des mânes du disparu par affection et respect filial. On le soigne également pour ne pas être inquiété par l'insatisfaction d'un défunt oublié ou négligé ayant acquis par son décès un pouvoir surnaturel.
 
 
 
 
Chaque village possède son temple communal, le Dinh, dans lequel est pratiqué le culte au génie protecteur local. Celui-ci a pu être un grand militaire qui a défendu le territoire comme un membre de la communauté ayant apporté par son savoir, son expérience, ou ses origines la fortune à la collectivité, la forge, ou l'art de la céramique, par exemple, source de sa réputation et de sa richesse.
 
 

 
 
 
LE CONFUCIANISME
 
Confucius élabora une méthode visant à améliorer la cohésion sociale et l'harmonie familiale. Les devoirs et obligations de chacun envers la famille, la société et l'Etat ont été codifiés par Confucius. (550 av. JC)




LE BOUDDHISME
C'est dans le Delta du Fleuve Rouge que le Bouddhisme, a ses lieux de pèlerinage traditionnels les plus importants, comme la Pagode de l'Empreinte Parfumée. Diffusé depuis le VIIème siècle, probablement
par des commerçants Chinois, le Mahayana (Grand Véhicule) privilégie ici Avalokiteçvara sous le nom de Quan An, Boddhisatva aux traits féminins, qui pourrait bien avoir récupéré dans la religion des paysans la place d'une déesse de la fécondité préexistante.
 

 
 
 CATHOLICISME
Alexandre de Rhodes qui débarqua à Fai Foo à la fin du XVIème siècle et qui est connu pour son invention de l'alphabet roman vietnamisé est un des nombreux missionnaires de l'Eglise catholique qui convertirent les populations. Jusqu'au XIXème siècle nombreux furent les martyrs. Aujourd'hui environ 10% de la population est catholique. Ce qui fait du Vietnam le deuxième pays catholique d'Asie après les Philippines
.
 

 
 
LE TAOISME
L'Empereur de Jade du culte taoiste ou encore Tien Hau, la protectrice des marins chinois réfugiés du Fu Kien disposent de lieux de cultes particulièrement baroques. Là, des prêtres aux pratiques de magiciens consultent les esprits pour en interpréter les oracles. s'ils sont majoritairement établis au sein de communautés d'origines chinoise ( Saigon, Hoi An, Da Nang, Delta du Mékong ou Hanoi), on en trouve aussi un peu partout et l'influence de cette religion s'est incrustée dans les autres cultes , notamment par le style esthétique.
 

 
L'ANIMISME
Toutes les populations du Vietnam ont gardé un fond d'animisme. Tout effort de l'homme est orienté de manière à ne pas mécontenter les maîtres incontestables que sont les esprits, à se les concilier par des prières, des sacrifices ou des cérémonies. Les génies inefficaces peuvent même être punis lors de séances mouvementées. L'animisme est toujours pratiqué par les populations montagnardes lors de cérémonies ou de sacrifices où l'on implore la clémence des éléments naturels ou encore la fertilité au Génie du Paddy.


 
 
LES SECTES
Le Vietnam est aussi le pays des sectes, particulièrement dans le Sud. Rénovateurs du Bouddhisme comme les Hoa Hao, syncrétiques comme le Cao Dai rassemblant tout personnage mythique pour l'ériger en une divinité protectrice avec laquelle ils conversent par le spiritisme, ou encore adorateurs de la noix de Coco.
 
 
 
 
 
 
 
Dans les provinces du Delta du Mékong, les populations Khmères Krom pratiquent toujours le Bouddhisme Theravada, tel que dans les pays voisins comme le Cambodge, le Laos, la Thaïlande et la Birmanie.
 
 
 



 
On peut voir aussi tout au long des côtes depuis la province de Thanh Hoa jusqu'à l'île de Phu Quoc, des temples consacrés aux baleines.
Les pêcheurs vous diront que les ouragans poussent les Vénérables Baleines mortes vers les rivages afin que les hommes leur fassent des funérailles dignes d'elles. En fait découvrir une baleine morte, lui assurer des funérailles apporte la richesse à la communauté. Du temps des rois, à la nouvelle d'un tel évènement, la cour envoyait quelqu'un présenter des offrandes suffisantes pour pouvoir lui faire des funérailles de Grand Roi de la Mer du Sud.
 

Les embarcations du Centre Vietnam sont d'ailleurs ornées d'yeux de baleines, animal sacré objet de ce culte pré-viet pratiqué par les communautés de pêcheurs.
Ces mammifères marins fréquentent les côtes du pays, et viennent même, selon les témoignages se réfugier dans les baies et les estuaires, à l'abri des typhons pendant la mauvaise saison, qui est aussi celle ou abonde le plancton et le krill, nourriture des baleines.Les embarcations du Centre Vietnam sont ornées d'yeux de baleines, animal sacré objet d'un culte pré viet pratiqué par les communautés de pêcheurs.
Ces mammifères marins fréquentent les côtes du pays, ils viennent même, selon les témoignages se réfugier dans les baies et les estuaires, à l'abri des typhons pendant la mauvaise saison, qui est aussi celle ou abonde le plancton et le krill, nourriture des baleines.
 
Source
http://www.decouvrirlevietnam.com
 
Un grand merci à decouvrirlevietnam.com pour la richesse de sa documentation.
 
 
 
Fêtes traditionnelles (calendrier lunaire)


Fête du Têt (Têt Nguyen Dan)
Nouvel An vietnamien. Tous les bureaux ferment leurs portes.

Têt Khai Ha

Khai Ha est organisé le 7e jour du 1er mois lunaire. Le propriétaire offre de l’argent et des habits en papier votif à ses ancêtres, et leur dit au revoir. Le piquet de bambou, cay neu, est abaissé et la nouvelle année est accueillie. Selon les croyances populaires, si le temps est doux et le soleil brille pour Khai Ha, l’homme sera en bonne santé et chanceux tout au long de l’année.

Têt Thuong Nguyen (Têt Nguyên tiêu)

Le 15e jour du 1er mois lunaire. La première pleine lune de l’année.

Fête des morts (Têt Thanh Minh)
Le 5e jour du 3e mois lunaire. Les familles vont se recueillir sur les tombes de leurs ancêtres et parents.

Fête du manger froid
Le 3e jour du 3e mois lunaire. Offrandes cultuelles aux ancêtres, aux grands-parents: gâteaux banh troi, banh chay; visites des tombeaux des ancêtres.

Naissance, Illumination et mort du Bouddha.

Solsticie d’été (Têt Doan Ngo)
Le 5e jour du 5e mois lunaire. Fête au milieu de l’année pour prévenir les épidémies et éloigner les esprits malfaisants.

Fête des Âmes errantes (Tet Trung Nguyen)
Le 15e jour du 7e mois lunaire. On fait des offrandes de nourriture et de cadeaux pour les âmes errantes.

Fête de la mi-automne (Têt Trung Thu)
Le 15e jour du 8e mois lunaire. Festin de gâteaux diversement farcis, de gâteaux de riz gluant farcis, procession de lanternes ayant la forme de lune ou d’étoile, danse de la licorne. Cette nuit, la lune est censée avoir le disque le plus rond et le plus lumineux de l’année.
 
Têt Trung Thap
Le 23e jour du 12e mois lunaire on prend congé de Ong Cong (le Génie de la terre) et de Ong Tao (le Dieu de la cuisine), qui s’envolent tous deux vers les Cieux pour aller faire leur rapport à Ngoc Hoang (l’Empereur de Jade) sur la vie du propriétaire de la maison où ils habitent, et demander chance, prospérité et bonheur.

Le culte des ancêtres
Le culte des ancêtres existait bien avant l'arrivée du Confucianisme ou du bouddhisme. Ce n’est pas une religion particulière, c'est une pratique sociale qui traverse les différents courants religieux et qui concerne également des personnes n'appartenant à aucune religion.
Le culte des ancêtres repose sur la croyance que l'âme du défunt survit après sa mort et protège sa descendance.
Les esprits ont une influence forte sur la vie des vivants : il est "interdit" de les contrarier, il faut les honorer et plus particulièrement à la date anniversaire de leur mort. Ce jour là, des prières et des offrandes sont faîtes au dieu de la maison et à l'âme des ancêtres. Les offrandes consistent en un repas déposé sur l'autel des ancêtres, une visite au temple, des billets de monnaie "céleste" qu'on brûlera au temple ...
Pour pratiquer ce culte, il faut posséder un autel familial, un bout de terre afin d'entretenir les tombes des ancêtres, et enfin avoir un descendant (direct masculin) qui se chargera de perpétuer le culte.
Source : www.voyage-au-vietnam.fr


 
Le Têt

Chuc mung nam moi ! (Bonne année !). Le Têt Nguyen Dan (Fêtes du Premier Jour), qui annonce le Nouvel An lunaire, est la fête la plus importante du calendrier vietnamien. Le Têt se déroule à la charnière entre deux années lunaires. Il marque la fin d’un cycle de la nature. C’est à la fois la fin de l’hiver et le début du printemps – la saison du renouveau universel, animal et végétal.

Le Têt est l’occasion d’un pèlerinage aux sources. Les familles se rassemblent et espèrent obtenir la chance pour l'année à venir ; les esprits des ancêtres sont accueillis dans la maison familiale et les liens familiaux se resserrent. Le Têt est aussi l’occasion pour tous de se présenter les vœux pour l’année nouvelle. C’est le moment où l’on laisse provisoirement ses soucis de côté pour se consacrer à ceux qu’on aime et leur exprimer par de belles paroles la sincérité de ses sentiments. La fête tombe entre le 19 janvier et le 20 février du calendrier occidental. Les trois premiers jours suivant le Nouvel An sont fériés, selon le calendrier lunaire.

En ce qui concerne le rituel, on distingue différentes cérémonies à l’occasion de la fête du Têt. Le sacrifice aux divinités du Foyer a lieu le 23e du 12e mois lunaire. Le culte de fin d’année se déroule toujours le dernier soir du 12e mois lunaire (le 30e ou le 29e quand le mois est court) à l’occasion du dîner. La cérémonie du passage à l’An Neuf a lieu à minuit du dernier jour de l’année ancienne. L’adieu aux âmes des morts se fait le 3e jour du 1er mois lunaire de l’année nouvelle, à la fin des congés officiels.

Parmi les coutumes attachées à la fête du Têt, il y a le culte des ancêtres, le rite du premier à franchir le seuil de la maison, les vœux de bonne année, de longévité pour les personnes âgées, la distribution des étrennes aux enfants, la cérémonie de l’ouverture des boutiques et la cérémonie de l’activation du sol.


Les festivités débutent sept jours avant le Nouvel An, lorsque les Tao Quan, les trois esprits du foyer de chaque maison, montent aux cieux et rapportent à l'empereur de Jade les événements de l'année passée. Ces dieux du foyer sont parfois décrits sous la forme d'une seule personne, appelée Ong Tao, Ong Lo ou Ong Vua Bep. Des autels sont dressés et chargés d'offrandes de nourriture, d'eau fraîche, de fleurs, de noix de bétel et de carpes vivantes pour le transport céleste. Par cette préparation du départ des dieux, les Vietnamiens espèrent faire l'objet d'un rapport favorable et attirer la chance pour l'année à venir.

Au cours de la semaine précédant la fête, on se rend dans les cimetières pour inviter les esprits des parents morts à participer aux célébrations. Les absents regagnent leur foyer afin que toute la famille soit réunie pour le Têt. Les liens se resserrent pour permettre à la nouvelle année de partir sur de nouvelles bases, les dettes sont payées et tout est nettoyé, même les tombes des ancêtres.

Les maisons vietnamiennes sont décorées d'arbres. On dresse un arbre du Nouvel An (cay neu) pour repousser les mauvais esprits. Le kumquat a la pré¬férence, mais on trouve également des branches de pêcher (dao) dans le Nord, alors que, dans le Sud et le Centre, on orne plutôt les maisons de branches d'abricotier (mai). Au cours des quelques jours précédant le Nouvel An, l'excitation est presque palpable dans les marchés. Les gens se précipitent pour acheter décorations ou nourriture. En outre, on offre aux enfants des enveloppes rouges contenant des petites sommes de li xi, l'argent de la chance. Les Vietnamiens considèrent ces dépenses comme nécessaires pour s'attirer les faveurs des dieux pendant l'année à venir.

Une grande partie des célébrations tourne autour de la nourriture. Le plat de base du Têt est le banh chung. Le banh chung est souvent accompagné de mang, un plat de pousses de bambou bouillies et de porc frit mariné dans du nuoc mam. En guise de dessert, le mut, des fruits confits, est fort apprécié, de même que les fruits frais tels que les fruits rouges du dragon et les pastèques.

On rend le culte des ancêtres, des génies du Foyer, Tao Quan. La veille du Nouvel An, les Tao Quan reviennent sur terre. Aux douze coups de minuit, tous les problèmes de l'année passée s'envolent et font place à de joyeuses festivités accompagnées de tambours et d’autres instruments à percussion. Tout ce qui est bruyant est accepté, tant que cela permet d'accueillir les dieux de retour et d'éloigner les mauvais esprits qui rôderaient.
Les festivités du Nouvel An sont primordiales, car les Vietnamiens pensent qu'elles influent sur l'année à venir. Ainsi, ils essaient de ne pas se montrer impolis ou coléreux. Par ailleurs, on ne peut coudre, faire le ménage, jurer ou briser des objets, car cela risquerait d'attirer les mauvais esprits.

La danse de la Licorne est une procession menée par des hommes arborant des drapeaux aux couleurs claires, suivis de la licorne elle-même puis d'une autre créature mythique, le Dia, un homme portant un masque qui représente la lune. Des tambours et des cymbales ferment la procession. Celle-ci commence tôt le premier jour du Têt, s'arrêtant à chaque maison et boutique du quartier pour obtenir une obole. Les Vietnamiens se montrent généreux, car ils considèrent la licorne comme un symbole de richesse, de paix et de prospérité. La licorne doit cependant mériter ses présents, souvent suspendus au balcon ou à la fenêtre du premier étage.

A Hanoi, le co nguoi, ou échecs humains, est une activité très pratiquée au cours des semaines suivant le Têt. Toutes les pièces humaines du jeu d'échecs proviennent du même village, Lien Xa, dans la province septentrionale de Ha Tay. Bien que les coups et les pièces soient différents du jeu occidental, le but est identique : capturer le chef de l'équipe opposée, en l'occurrence le "général". La finale se joue au temple de De Thich, qui fut le bras droit de l'empereur de Jade et dieu des Échecs.
Le Vietnam est doté d'une riche culture, basée sur une civilisation où le riz occupe la première place, et où la vie de chacun est étroitement liée à celle de la communauté villageoise dont il est issu. Les habitants d’un même village sont généralement très proches, que ce soit par la famille, le voisinage ou des relations sociales ou commerciales. C'est pourquoi les us, pratiques religieuses et fêtes se fondent tous sur la communauté villageoise.

La fête villageoise traditionnelle est un rituel et une pratique culturelle indispensable de la vie des Vietnamiens. Elles sont considérées comme des manifestations du folklore national, qui montrent les coutumes séculaires du pays, et en particulier sa littérature populaire. Les fêtes se déroulent en général au printemps, à la fin de la récolte ou de la saison de repiquage des plants de riz.



Housse de coussin Buffle

Housse de coussin  Buffle

Housse de coussin en satin brillant

8.00€ TTC

Bougeoir en verre gravé Buffle

Bougeoir en verre gravé  Buffle

Bougeoir en verre gravé en 2D présenté en coffret.

15.00€ TTC

Femme à la noix de coco

Femme à la noix de coco

Vieille femme dans la région du delta du Mékong, Viêt Nam

50.00€ TTC